Accueil France Collégienne au couteau : une élève menace sa professeure d’anglais à Rennes

Collégienne au couteau : une élève menace sa professeure d’anglais à Rennes

128
0

Une adolescente de 12 ans fait planer la menace d’une agression au couteau au collège des Hautes-Ourmes

Le mercredi 13 décembre, un incident troublant s’est produit au Collège des Hautes-Ourmes à Rennes, lorsqu’une collégienne de douze ans a menacé sa professeure d’anglais avec un couteau. Le procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc, a expliqué qu’il s’agissait d’une tentative d’agression avec un couteau de boucher.

Examen psychiatrique révèle que l’adolescente est dangereuse pour elle-même

Après son arrestation, la jeune fille a été soumise à un examen psychiatrique. Ce dernier a conclu que l’adolescente était dangereuse pour elle-même et nécessitait des soins en milieu spécialisé (c’est étonnant cette conclusion si rapide). En conséquence, une ordonnance de placement provisoire a été prise.

Les parents de l’élève coopèrent totalement avec les forces de l’ordre

Les enquêteurs ont interrogé les parents de l’enfant, qui ont dit ne pas comprendre pourquoi leur fille, issue d’une famille athée, avait commis cet acte. La famille est considérée comme sans problème et ne présente aucun signe de radicalisation.

Il est important de souligner plusieurs points :

  • La famille de la jeune fille est athée et ne présente aucun signe de radicalisation.
  • La collégienne a agi seule, sans complice ni influence extérieure.
  • Il n’existe aucune revendication ou motif clair de l’acte commis.

L’enquête suit son cours pour déterminer Un mobile précis à cette menace d’agression

Lors de l’enquête, la jeune fille a affirmé qu’elle avait agi « comme à Arras ». Elle aurait également proféré des menaces indiquant que les faits devaient provoquer une émotion importante au sein de l’établissement scolaire.

Les enquêteurs tentent toujours de comprendre le mobile précis derrière cette tentative d’agression avec un couteau, sachant que l’adolescente n’a pas subi de pression familiale ou d’influence religieuse pour commettre cet acte. Il est possible que d’autres facteurs tels que le stress social, la désorientation personnelle ou les troubles émotionnels puissent être impliqués.

Cet événement alarmant doit inciter les autorités scolaires et les parents à rester vigilants quant au comportement des adolescents et à identifier les signes avant-coureurs d’un éventuel passage à l’acte violent. En outre, il est essentiel de soutenir les enseignants et les élèves afin qu’ils puissent s’adapter aux difficultés rencontrées dans leur environnement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici