Accueil France Le pellet coûte trois fois plus cher le bois augmente de 20...

Le pellet coûte trois fois plus cher le bois augmente de 20 % : la pénurie de bois de chauffage s’aggrave en France

40
0

La demande croissante a provoqué davantage de pénuries et une augmentation des prix, les fournisseurs déclarant recevoir jusqu’à 100 appels par jour et « espérant tenir jusqu’à la fin de l’hiver ».

Les pénuries de bois de chauffage en France s’intensifient et les prix ont bondi de plus de 20 % depuis juin en raison de l’envolée de la demande, de l’augmentation du nombre de personnes sur le marché et des craintes concernant le prix des autres combustibles.

Les fournisseurs de bois de chauffage préviennent qu’il n’y aura pas assez de bois pour tout le monde cet hiver.

Cela est dû en partie à une forte augmentation du nombre de ménages sur le marché. En 2019, un rapport du groupe bois le Comité national pour le développement du bois estimait qu’il y avait « entre 7,5 et 8 millions de foyers en France qui disposent d’une source de chauffage au bois de chauffage (bûches et granulés de bois) ».

Cependant, en 2022, l’agence de l’énergie l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a déclaré que le gouvernement visait à ce que 9,5 millions de foyers utilisent l’énergie au bois d’ici 2023 et 11,3 millions d’ici 2028.

Gérard Fellous, directeur de Quality-bûches, a déclaré au Figaro : « Ces dernières semaines, l’Ademe a beaucoup promu le chauffage aux granulés. Mais cela a provoqué une augmentation significative du prix du bois.

« Les prix des pellets ont triplé au cours des six derniers mois, entraînant une augmentation des grumes et de nos coûts. »

M. Fellous a également déclaré que le coût du bois brut avait augmenté de 20 %, obligeant les producteurs à répercuter le coût sur leurs clients. Il a déclaré: « J’ai constaté trois augmentations depuis le début de l’été, qui sont uniquement dues aux répercussions des prix [en hausse] du fournisseur. »

La demande a commencé tôt, en juillet de cette année, a-t-il dit, alors qu’elle ne commence généralement qu’à l’automne. Il a déclaré : « Sans faire de publicité, je reçois 100 appels par jour, que j’envoie directement sur la messagerie vocale. Cela n’est jamais arrivé, c’est du jamais vu.

Julian, un fournisseur de bois de chauffage, a également déclaré qu’il « n’avait jamais vu une telle demande de ma vie ». Il a dit qu’il recevait 40 appels par jour, contre seulement cinq normalement. Il a dit : « J’espère que l’hiver ne sera pas rigoureux, sinon ça va devenir très compliqué. »

Il a commencé à limiter le nombre de fournitures qu’il peut vendre par personne. Patrick Helb, vendeur de bois en Moselle, a déclaré : « Il n’y a plus de stock nulle part, je garde mes approvisionnements pour mes habitués habituels, et j’espère tenir jusqu’à la fin de l’hiver. »

Un mètre cube de bois se vend généralement entre 55 et 57 € pièce, mais maintenant, M. Helb les vend entre 60 et 65 €.

Cela fait également suite à une modification de la loi du 1er septembre, qui oblige les vendeurs de bois à fournir aux clients des informations sur leur bois, notamment sur le combustible, la longueur, la quantité et les niveaux d’humidité. A partir de septembre 2023, les grumes de moins de deux mètres ne devront être que du bois sec. 

Cela entraînera probablement une pénurie supplémentaire à l’avenir, étant donné qu’il faut 18 à 24 mois pour sécher complètement le bois de chauffage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici